Une bougie et tout s’éclaircit

Quel est le point commun entre cette bougie, cette ville algérienne et ce roman de Guy de Maupassant ?

Suis l’itinéraire d’un mot voyageur ! Et tu en deviendras l’ambassadeur!

 

Nous sommes en 1770. C’est un soir de l’Avent, on vient d’allumer ma mèche, au centre d’une table décorée d’or et d’argenterie. La famille se réunit autour du repas et bientôt la conversation va bon train, dans un équilibre harmonieux. Il faut dire que je n’y suis pas pour rien, c’est un peu grâce à moi que tout se passe bien : on compte sur ma présence pour créer l’ambiance. Ici pas de DJ, c’est sur mes propres épaules que repose toute cette atmosphère intimiste tant recherchée. Oui, juste moi, la Bougie. Pourtant, à première vue, on doit bien admettre que je ne paie pas de mine… Détrompez-vous, j’ai le pouvoir de réchauffer les cœurs, cette force silencieuse de vous inspirer la sérénité, cette sourde influence sur vos esprits capable de vous faire méditer et de susciter chez vous, humains, un sentiment d’apaisement assez inédit. « Comment je réussis ce tour de passe-passe ? » Ahhah, chuuut, je garde ce secret pour moi depuis la nuit des temps. « D’où me vient ce charme unique ? » Mais vous insistez, ma parole ? Allons, je vais vous conter mon voyage, mais ne vendez pas la mèche, d’accord, je fais confiance en votre complicité !

Savez-vous que la famille qui m’accueille aujourd’hui brille sous les feux de la rampe ? C’est un noble foyer rupin. Ben oui, ce n’est pas donné à tout le monde de s’offrir de la cire, c’est un produit rare et lointain ; sûr qu’on n’en trouve pas derrière la porte d’à côté. C’est que malgré mes petits airs simplistes, je viens de loin et qui dit loin dit….qu’il faut mettre la main à la poche. Et je voyage en classe affaires, moi, et oui, je cache bien mon jeu, n’est-ce pas ?

 « Ah oui, tu viens de loin, alors tu es immigré ? Dis, raconte-nous un peu d’où tu viens ? »

Ok, bon, maintenant il est temps de faire la lumière sur mes origines méditerranéennes.

Ma ville natale est inondée de la lumière du soleil kabyle, la végétation luxuriante de la garrigue fait la réjouissance des macaques de Barbarie qui sautent de branches en branches. Les abeilles ne cessent de bourdonner de plaisir en voltigeant entre les oliviers et les chênes lièges. C’est d’ailleurs le travail de ces laborieuses de haute voltige qui a conditionné ma naissance. Oui, grâce à la cire produite par ces insectes zélés, c’est dans ce doux écrin de verdure que je suis née. بجاية (Bugāya), car tel est le nom de cette ville d’Algérie, a prospéré en exportant la cire onéreuse de ses abeilles vers l’Europe. Il ne vous sera pas passé inaperçu que بجاية correspond en français à la ville de Bougie ! Et voilà pourquoi les Français m’appellent ainsi : ils m’ont baptisé simplement d’après ma ville d’origine. Oh mais je crois entendre frapper à la porte…

Ahh, c’est un mendiant qui demande l’aumône. En voilà un qui a peut-être brûlé la chandelle par les deux bouts dans sa jeunesse, et maintenant il se retrouve à tenter d’économiser des bouts de chandelle pour grapiner quelques sous. Tiens, regardez donc ce qu’il tend au bout de son bras frêle : une chandelle en suif  pour s’éclairer!  Si ma cire blanche inspire la sérénité, tout au contraire, le suif- ce gras de porc- lui, empeste horriblement et ohh, heum, heum, quelle odeur abominable ! Et quelle fumée noirâtre dégage-t-il ! Comment supporter cette saleté permanente ? Je ne veux pas allumer la mèche ou mettre le feu aux poudres mais cette importune dévaste tout l’atmosphère que je me suis évertuée à créer. Qu’elle éteigne sa chandelle de suite, sinon, à cause de ces mauvais courants d’air vicié, je vais faire grève et je vais m’éteindre, vous êtes prévenus ! Laisse-moi jeter un coup d’œil dans l’embrasure de la porte, pour distinguer qui vient perturber notre sérénité et déshonorer notre classe ! Effectivement, elle a de l’embonpoint, son franc parlé est révélateur : elle vient des couches populaires. Regardons-là de plus près, Mais, est-ce possible, ne s’agirait-il pas de « Boule de suif » ? La célèbre héroine de Guy de Maupassant ?

partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

On Key

Ca pourrait vous intéresser aussi...

Voyage en langues!

Ouvre des mondes avec les mots des autres! Suis les aventures de Zéphiron, notre chat pitre explorateur dans l’univers des

Quand tu joues ta vie…

Du dynamisme entre les neurones        ou    Comment se mettre en mouvement pour mieux penser Le travail

Chez soi comme ailleurs

« D’où viens-tu ? » Anodine, cette question ? A en croire le réflexe défensif avec lequel certains y répondent,

Mascarade du bonheur

Du rire à l’inquiétude Le clown a le cœur gros derrière son sourire angélique. Il nettoie sa peine et se

Retour haut de page