Quelles limites à la vie privée ?

Voilà bientôt un demi-siècle qu’est né la CNIL, la Commission française de l’Informatique et des Libertés…. Un demi-siècle de transformations numériques dont personne n’aurait pu prévoir la profusion exponentielle et l’impact sur les sociétés, leurs habitudes, leurs modes de consommation.  Mais revenons aux débuts pavés de bonnes intentions de la CNIL, en 1978 donc.

C’est en réaction à un projet très décrié qu’elle a été mise sur pied. Ce projet, SAFARI de son petit nom, consistait à attribuer à chaque citoyen un numéro de référence en vue de compiler et interconnecter des données administratives centralisées. Emoi de la société française, qui, tenant dur comme fer à sa liberté comme personne, brandit la déclaration des droits de l’homme comme étendard. Et qu’en serait-il de la vie privée, de la protection de l’identité, des libertés individuelles et publiques ? Craignant un fichage généralisé de la population, ce plan est vite balayé… mais il a eu le mérite de laisser entre-apercevoir ce qui nous attendrait plus tard : les vices cachés d’un système reproduit aujourd’hui à l’échelle ultra-locale, c’est-à-dire jusque dans nos poches de pantalon. Eh oui, ce cellulaire qui nous suit à la trace et dont on ne se sépare qu’en de rares occasions. Ne vous est-il pas arrivé à vous aussi, de discuter d’un tout nouveau sujet avec votre ami, un sujet que vous n’avez encore jamais abordé. En ce qui me concerne, c’était sujet ménage et aspirateur automatique…Et voilà que quelques heures plus tard, en rentrant chez vous, apparaissent comme par coincidence hasardeuse, des publicités à propos de « Samba-ZoukZouk, le nouvel aspirateur multifonction qui s’occupe de tout pendant que vous dormez ». Tiens, étrange… Et ce n’est pas la seule occurrence !

Combien de fois a-t-on entendu de tels témoignages. Mais c’est ainsi que fonctionne une partie du marketing contemporain. Et certains de s’inquiéter de Siri et autres Alexa…serions-nous en permanence sous écoute ?  Après tout, si ça fonctionne pour l’aspirateur, pourquoi pas pour … Ben, oui, les murs ont des oreilles. Et la suspicion s’éveille en vous. On pourrait bien être en surveillance. Et en vous de réveiller ces obscures réminiscences de la Stasi traquant, derrière ses micros, les « espions » ou tout opposant politique en RDA. Et si, après tout, Big Brother nous observait ? George Orwell nous tire de sa fiction pour regarder la réalité en face. Comme la finance et les grands groupes gouvernent plus que quiconque aujourd’hui, qu’est-ce qui les retiendrait de faire de nous des produits vivants : à l’heure d’internet et des médias sociaux, l’accaparement et la revente de données personnelles est un jeu d’enfant. Comment la contrôler quand le terrain de ce jeu traverse allègrement les frontières ? La CNIL dispose-t-elle de suffisamment de moyens pour exercer son pouvoir d’autorité administrative indépendante ? Ce n’est plus une affaire d’Etat, ou bien il faudrait a minima que tout le monde s’accorde. Mais cela semble utopique au regard des intérêts économiques que nourrissent certains pays, à l’intégrité morale douteuse.

> Bon, alors après tout, si on ne peut pas vraiment surveiller le traitement de nos données personnelles, doit-on céder à la fatalité ? Finalement, est-ce si grave de voir ces données vendues à notre insu ?

> Même si ce genre de marketing agressif ne vous atteint pas, est-ce que ça peut nous nuire ?

> Quand on n’a rien à se reprocher, en quoi est-ce que la surveillance pourrait-elle nous nuire ?

> Et si le pouvoir politique s’emparait de ces technologies pour nous discriminer ou nous catégoriser selon des critères bien à lui ? Ca existe déjà. On en voit très vite les dérives et ça fait froid dans le dos. Et toi, quelles dérives peux-tu imaginer ?

> Face à la pression des géants américains et à leur service marketing intrusif, est-il encore possible de vraiment de pas laisser de trace sur internet ? Ou est-ce une douce illusion ?

Questions provocatrices, n’est-ce pas ? Mais c’est pour mieux t’aider à y réfléchir. Alors, et toi, qu’en penses-tu ?

partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

On Key

Ca pourrait vous intéresser aussi...

Voyage en langues!

Ouvre des mondes avec les mots des autres! Suis les aventures de Zéphiron, notre chat pitre explorateur dans l’univers des

Quand tu joues ta vie…

Du dynamisme entre les neurones        ou    Comment se mettre en mouvement pour mieux penser Le travail

Chez soi comme ailleurs

« D’où viens-tu ? » Anodine, cette question ? A en croire le réflexe défensif avec lequel certains y répondent,

Mascarade du bonheur

Du rire à l’inquiétude Le clown a le cœur gros derrière son sourire angélique. Il nettoie sa peine et se

Retour haut de page